Mechanical Engineering

Technopôle de Sousse : Déploiement de la mécatronique dans l’industrie

Haithem Ben Aoun - 23-déc.-2016 09:33:23

Le Centre de ressource technologiques (CRT) du Technopôle mécatronique de Sousse va s’équiper d’un système PLM d’ingénierie et développement virtuel de produits. La mécatronique peut se définir comme l’utilisation simultanée des techniques du génie mécanique, de l’électronique, de l’automatisme, de la micro-informatique et de l’analyse système en vue de la conception et de l’optimisation de produits, d’équipements et de procédés. Elle nécessite, dès le début de l’étude, l’intégration des différentes technologies répondant aux exigences fonctionnelles. On parle alors d’«ingénierie intégrée». La mise en oeuvre de cette démarche conduit à repenser l’organisation interne de l’entreprise et son mode de fonctionnement. En effet, l’entreprise est organisée par métier, or la mécatronique exige la pluridisciplinarité, l’ouverture vers d’autres métiers et la quête d’informations extérieures. Elle est aussi organisée séquentiellement (BE, BM, R&D, production…) alors que la mécatronique implique une approche globale et induit l’idée de relations coopératives (ingénierie concourante, co-conception…). Enfin, l’entreprise est hiérarchisée alors que la mécatronique conduit à la flexibilité. Développement de la culture mécatronique Selon Abdelmonaem Ayachi, Strategy & Partnership Director, à la Technopôle de Sousse, le Centre de ressource technologiques (CRT) du Technopôle mécatronique de Sousse est créé pour le déploiement de la mécatronique dans l’industrie. Il s’agit donc de promouvoir le développement de la culture mécatronique, principalement dans les entreprises mécaniciennes et assurer les moyens de compléter la formation des ingénieurs aux différents outils et technologies d’ingénierie et de développement de produits mécatroniques. Pour cet effet, le CRT s’équipera d’un système d’ingénierie et développement virtuel de produits, généralement appelé «système PLM». Ce genre de système est considéré aujourd’hui comme un facteur de réussite essentiel pour les entreprises. La future plateforme PLM du CRT permettra de concevoir et expérimenter les produits en ligne en 3D dans le cadre d’un travail simultané et en temps réel entre de multiples lieux éloignés, par l’intermédiaire d’un internet sécurisé. Elle permettra un haut niveau d’intégration : les informations relatives aux éléments mécaniques, électriques et électroniques, ainsi qu’aux logiciels embarqués, sont intégrées dans une définition unique du produit, ce qui permet aux ingénieurs affectés aux différentes disciplines d’ingénierie de collaborer efficacement dès le début d’un projet. Ce système comprendra des applications, des services et des méthodologies en matière de : a) gestion des processus métiers et du cycle de vie de produit b) définition virtuelle de produit c) simulation réaliste d) fabrication numérique. Le futur logiciel de définition virtuelle de produits du CRT sera une solution qui incarne la conception virtuelle nouvelle génération, avec des outils dédiés pour l’ingénierie système, mécanique et équipement, ainsi que la conception de forme, ou encore la capture et la réutilisation de la connaissance. Une panoplie complète de solutions Le but de ce logiciel est principalement d’offrir une solution d’ingénierie mécatronique s’appuyant sur un environnement de développement simultané englobant tous les aspects du développement de produits, tels que la conception mécanique, l’électronique et les logiciels embarqués. Ainsi, la solution qui sera proposée par le CRT fournira une panoplie complète de solutions éprouvées et entièrement intégrées permettant de réaliser une maquette numérique complète du produit. Cette solution englobera les processus de développement de produits électroniques et électriques de bout en bout, de l’ingénierie système à la définition des pièces, à l’assemblage, à la fabrication et au recyclage, accélérant ainsi sensiblement le développement des produits. Cette solution apportera aussi l’intégration de services, tel que le flux de processus de CAO mécanique et de CAO électrique, ainsi que la gestion des données intégrée, avec notamment des bibliothèques de composants 3D. Cette solution proposera, par ailleurs, une gamme de solutions IMPD (développement de produits mécaniques intégré) destinés aux processus de développement électromécaniques intégrés ainsi que des solutions CSE (ingénierie système collaborative) pour l’évaluation des besoins et la conception de l’architecture système en environnement collaboratif. La solution d’ingénierie mécatronique proposé par le CRT couvrira aussi l’ingénierie des logiciels embarqués, l’ingénierie des PCB souples et rigides, l’ingénierie électrique et l’ingénierie électromécanique. Un environnement unique et complet de création D’autre part le futur logiciel de simulation du CRT proposera un environnement unique et complet de création, d’analyse et évaluation des résultats de modèle de simulation et permet d’intégrer intuitivement les solveurs les plus utilisés en analyse mécanique et multi-physique (Abaqus, Ansys, Nastran…) pour réaliser rapidement des itérations conception-analyse dans un environnement de conception, telles que des analyses de contraintes linéaires ou modales sur des pièces ou des assemblages hybrides, ou encore des analyses de vibrations sur des assemblages complexes, ou des analyses cinématique de systèmes mécaniques utilisant le dynamique multi-corps, ou de l’analyse multi-physiques. De même, le futur logiciel de fabrication numérique (usine numérique) du CRT sera un environnement puissant permettant aux entreprises manufacturières de planifier, de concevoir, de simuler, d’appréhender et de gérer dans sa totalité le développement d’un process de production. Avec les outils d’usine numérique, les utilisateurs peuvent immédiatement évaluer des décisions de conception afin d’accélérer l’introduction de nouveaux produits, d’augmenter la production et le volume, d’optimiser le débit de production et d’améliorer le confort et la sécurité des opérateurs. Ce type de logiciel permet, entre autres, d’aider les préparateurs à définir les meilleures stratégies de production puis de les comparer pour ne retenir que la meilleure. Une plateforme de réalité virtuelle Par ailleurs, et pour compléter sa solution CAO de développement de produit, le CRT s’équipera d’une plateforme de réalité virtuelle. En effet, si dans la CAO on fait intervenir les lois géométriques, physiques et mécaniques, la réalité virtuelle quand à elle permet de prendre en compte des critères subjectifs comme l’ergonomie. Pour le monde de la CAO elle rend possible la mise en situation à la fois de l’utilisateur et du produit, à toutes les étapes du cycle de vie: conception, style, distribution, maintenance, formation. Ainsi cette plateforme sera constituée de différents équipements immersifs et à retours d’effort pour permettre le prototypage virtuel temps réel (visualisation réaliste et interactive de la maquette numérique d’un produit); le ressenti du contact pour une simulation multi sensorielle; la manipulation d’objets virtuels de manière réaliste; l’immersion dans la maquette numérique pour réaliser des opérations de montage et de démontage de pièces à l’aide d’un bras à retour d’effort. Souce :   KAPITALIS.com


Tunisiens et Français explorent les pistes de l’industrie du futur

Haithem Ben Aoun - 14-nov.-2016 16:14:41

Organisé conjointement par Business France et l’ambassade de France à Tunis, le forum Rencontre d’affaires « Creative Industry » : cap vers l’industrie du futur » s’est tenu le 09 novembre 2016 à Gammarth (Tunis). A travers les interventions faites par plusieurs présents, il s’avère que la Tunisie dispose d’atouts importants pour les investisseurs tunisiens et étrangers. Adel Mohsen Chaâbane, directeur  associé du cabinet d’étude Mazars Tunisie, a indiqué que le Code d’investissement contient plusieurs points positifs. « Le nouveau Code d’investissement est un outil qui s’ajoute à d’autres outils pour l’amélioration du climat des affaires », dit-il en adressant la parole à un public composé de chefs d’entreprise. Le code en question contient plusieurs incitations  intéressantes (fiscales et autres) pour l’investisseur étranger et notamment tunisien. Qu’il soit jeune ou expérimenté, chaque investisseur y trouvera son compte, d’après l’intervenant. A propos des incitations fiscales, il a indiqué que le projet de loi devrait passer sous peu à l’ARP.  Par ailleurs, il s’est félicité qu’en vue de raccourcir les délais un cahier des charges sera établi pour les projets qui le nécessitent. Dans le même contexte, il a considéré que la mise en place d’un seul interlocuteur avec les investisseurs est  un point positif. D’ailleurs, l’intervenant a fait remarquer n’avoir pas relevé de points négatifs dans le code d’investissement et qu’il faut attendre la mise en application pour s’en rendre compte. « Le code d’investissement tunisien est en avance par rapport au code d’investissement des pays concurrents », affirme-il. De son côté, l’attaché économique auprès de l’ambassade de France en Tunisie, Grégoire de Warren, a dressé un tableau positif de l’économie tunisienne. D’après lui, l’économie tunisienne a connu un rebond qui s’appuie sur plusieurs facteurs clés comme la reprise de l’investissement et de la consommation. Pour lui, il faut s’appuyer sur les différents atouts de la Tunisie pour atteindre un niveau de croissance plus élevé. Revenant sur la Conférence internationale sur l’investissement, il a considéré que c’ est l’événement de l’année à plus d’un titre : d’abord parce que c’est une occasion pour la Tunisie pour présenter ses atouts à la communauté internationale et pour attirer les investissements. Le directeur de l’Agence française de développement (AFD), Gilles Chausse a, quant à lui, présenté la ligne de crédit Sunref. Adressant un discours clair aux entrepreneurs et chefs d’entreprise, il a  affirmé le soutien de l’AFD  aux entreprises. Il a tenu à préciser que l’ AFD ne se positionne pas comme un concurrent vis à vis des banques classiques. Concernant la ligne de crédit Sunref, le directeur de l’AFD a indiqué que la première ligne a été clôturée et qu’il est prévu de mettre en place une deuxième ligne en 2017. « Mais la première ligne est en cours d’évaluation pour le moment, nous espérons mobiliser 40 millions d’euros », a-t-il annoncé. Pour sa part, le représentant de l’UBCI, Slim Chkili, a saisi l’occasion pour présenter le parcours des banques tunisiennes de 2011 jusqu’à aujourd’hui avec toutes les réformes et les étapes qu’elles ont connues : full audit, statut de la Banque centrale, réduction du taux des crédits de consommation… Revenant sur l’expérience de l’UBCI en Tunisie en ce qui concerne le financement des entreprises, M. Chkili a indiqué que l’UBCI est pionnière en la matière et oriente les entreprises avec des conseils personnalisés grâce à une équipe qualifiée d’investisseurs. De même, il a tenu à rappeler l’importance de se protéger contre le taux de change surtout dans un contexte marqué par la dépréciation du dinar, a-t-il conclu.   PAR   HAMZA MARZOUK http://www.leconomistemaghrebin.com/


Qui nous sommes
Olivier PRADET , Directreur Business France Tunis: Business France Tunis accompagne les entreprises françaises dans leurs projets de développement sur le marché tunisien à l’export comme à l’implantation. Notre équipe allie compétence et expérience pour faciliter les relations commerciales entre entreprises françaises et tunisiennes.   -    Business France Tunis entretient des relations continues avec les entreprises de toutes les régions tunisiennes. -    Une équipe de 12 experts intervient dans les quatre filières suivantes : AGROTECH (Produits et Technologies Agroalimentaires) ART DE VIVRE-SANTE (Bien-être, Consommation, Mode, Habitat, Santé), INDUSTRIE & CLEANTECH (Infrastructures, Transports, Industrie), et  TECH & SERVICES  (Nouvelles technologies, Innovation, Services). -    Business

En savoir plus

    
    You Buy France 

    

    Vivapolis  

   

    Healthindustry

   

    Axema

Facebook
Press area & Media Gallery
calendrier des publications